Flag

An official website of the United States government

Quel mal y a-t-il à pratiquer la censure?
5 MINUTE READ
September 10, 2019

“Eric” subit des pressions de son éditeur pour qu’il abandonne son histoire. Demandez-vous: votre publication essaie-t-elle de trouver la vérité et de gagner la confiance – ou tout simplement de gagner de l’argent?

Transcription en français, anglais et portugais [PDF 354KB]

Quel mal y a-t-il à cela? Vidéo 6: Quel mal y a-t-il à pratiquer la censure?

Dans la vidéo, Éric subit des pressions de son rédacteur pour que son article ne soit pas publié. La censure constitue un problème auquel les journalistes du monde entier sont confrontés depuis longtemps, affirme Charles Lewis, professeur de journalisme à l’American University de Washington. Les gouvernements, les grandes entreprises et les autres intérêts puissants exercent souvent des pressions sur les médias, soit pour que des informations ne soient pas divulguées au public, soit pour promouvoir leurs propres priorités.

« Le plus inquiétant c’est que ce ne sont pas seulement de petites publications qui sont touchées, mais également certaines des publications les plus respectables et respectées d’un pays. Il n’existe aucune formule établie pour déterminer quels types d’organisations sont susceptibles d’être touchées. Cela peut se produire partout », ajoute-t-il.

Quel mal y a-t-il à cela ? Pour un journaliste comme Éric, c’est démotivant et cela affecte sa fierté professionnelle. Les journalistes pourraient révéler au public la façon dont ils subissent des pressions, mais cela pourrait détruire leur carrière. « Ils seront mis à l’écart et d’autres publications hésiteront également à les embaucher, en vérité », poursuit Charles Lewis.

De ce fait, certains journalistes pratiquent l’autocensure pour éviter de se trouver dans ce genre de situation, ce qui « finit par vous faire perdre votre âme ou au moins à la blesser au fil du temps ». Selon lui, quand on a des principes en tant que journaliste et qu’on subit la censure de façon répétée, parfois la seule solution consiste à s’en aller.

« Certaines rédactions sont dominées par une atmosphère tellement nocive qu’elles sont devenues les porte-parole d’un parti, d’un camp politique, ou encore dans certains cas, d’une entité du crime organisé qui se révèle être propriétaire de la publication », explique-t-il.

Les utilisateurs des médias peuvent apporter leur contribution en soutenant les publications qui se conforment à des normes d’éthique journalistique plus élevées, qui ont mis en place des poids et contrepoids en interne pour empêcher un rédacteur, le propriétaire ou quelqu’un d’autre de concentrer trop de pouvoir au sein de l’organisation.

Demandez-vous : votre publication cherche-t-elle à trouver la vérité et à gagner la confiance des lecteurs, ou seulement à gagner de l’argent ?

La redevabilité commence avec vous. Associez-vous à #YALIUnites pour l’intégrité en vous engageant à l’égard de yali.lab.dev.getusinfo.com/unites/

← Regarder la vidéo précédente