Toi aussi, un jour, tu seras présidente

Catherine Samba-Panza
Lorsqu’elle était présidente par intérim de la Centrafrique, Catherine Samba-Panza s’est efforcée de trouver une issue à la crise qui déchirait son pays. Dans le cadre de leurs opérations de maintien de la paix, les Nations unies ont constaté que les conflits meurtriers peuvent être évités quand les femmes sont impliquées. (© AP Images)

Les femmes sont capables de faire de la politique.

Ça vous paraît évident ? Ça ne l’est pas pour tout le monde. Dans beaucoup de pays, les candidates doivent se démener pour convaincre les électeurs, et même leur propre parti, qu’elles ont les qualités requises pour assumer un poste d’élu.

« Jamais on ne demande si les hommes sont capables », fait remarquer Caroline Hubbard, conseillère principale sur le genre, les femmes et la démocratie au NDI, qui répondait aux questions de leaders tchadiennes lors d’une conversation en ligne à la fin mars. Néanmoins, les statistiques le prouvent : « Quand les femmes participent, les pays réussissent mieux, explique-t-elle. La recherche montre que plus les femmes occupent des postes d’élues, plus le niveau de vie des pays augmente. »

La liste des contributions des femmes élues est longue. Et pourtant, moins d’un quart des parlementaires dans le monde sont des femmes. « Il faut changer les mentalités », recommande Caroline Hubbard. Comment ?

Une association de la société civile peut, par exemple, monter une campagne pour changer l’image de la femme en politique, suggère-t-elle. « Elle peut mettre en avant des femmes qui ont réussi et, statistiques à l’appui, donner des exemples de ce que les femmes apportent » une fois élues. Il est aussi important de s’adapter à la culture locale et de « développer des arguments pour convaincre vos voisins, votre famille et votre parti politique ».

Au niveau des partis politiques, en effet, des changements s’imposent. Certes, grâce au système des quotas, les partis sélectionnent plus de femmes pour les représenter lors des élections. Malheureusement, ils les laissent trop rarement figurer en tête de liste.

« Les hommes doivent être les alliés des femmes en politique »

Mais d’après Caroline Hubbard, il est également crucial de chercher des hommes respectés, tels que les chefs religieux, et de les convaincre de faire passer le message. « Il faut se faire des alliés parmi ceux qui ont le pouvoir. Ce sont souvent des hommes », souligne-t-elle.

Une autre barrière, et non des moindres, à laquelle se heurtent les femmes, se situe au niveau individuel. « Souvent, elles ne comprennent pas en quoi la politique peut améliorer leur quotidien », regrette Caroline Hubbard, qui encourage les partis politiques à rendre leurs formations plus accessibles aux femmes.

« Même à la maison, j’apprends à mes filles que les femmes aussi sont des leaders »

La formation au leadership doit commencer dès 10-12 ans, estime Caroline Hubbard. « Il faut leur expliquer ce qu’est la politique, leur montrer des exemples de femmes leaders, préconise-t-elle. Et il est important de commencer très tôt pour éviter que les fillettes ne ‘digèrent’ cette idée que les femmes ne sont pas capables. »

Beaucoup d’organisations américaines s’efforcent de développer le leadership des filles. Le département d’État travaillent avec certaines d’entres-elles pour encourager les filles et leurs aînées à faire du sport, par exemple. Car c’est un fait : les sportives qui excellent sur le terrain réussissent également dans la vie.

Vous avez envie de vous présenter à des élections ? Caroline Hubbard vous propose la stratégie suivante :

1 – D’abord, discutez avec votre famille et expliquez les avantages de votre candidature pour vous, pour la démocratie et pour le pays ;
2 – Essayez de convaincre d’abord les chefs de partis, puis vos citoyens ;
3 – Apprenez à chercher de l’argent pour financer votre campagne ;
4 – Apprenez à utiliser les ressources non monétaires (bénévoles, etc.) ;
5 – Apprenez à développer un message ciblé pour le communiquer au public et aux médias (traditionnels et réseaux sociaux)
6 – Apprenez à gérer une équipe.

Vous pouvez rencontrer des personnes motivées comme vous pour faire changer les choses dans leur collectivité au sein du réseau YALI Network pour les jeunes leaders Africains. Et jetez un coup d’œil à sa campagne #YALIvotes.

Français,

Human Rights,

Leadership,

YALIVotes